• Justice : un sacré chantier

    Le 6 mai prochain, un François Hollande (vraisemblablement) fraichement élu, une fois toutes les lectures appropriées du rapport de forces politiques que le premier et deuxième tour auront mis en clair, mettra en route pour de bon une nouvelle législature.

    Voici la première décision que je lui suggère depuis mon humble repère de citoyen lambda : Monsieur le Président, nommez de suite un super-ministre en charge de la hiérarchisation des priorités.

    Le bonhomme (ou la bonne femme) doit être bien entouré ; des têtes solides, choisies sur la base d’un mix nouveau : être les meilleurs (ou pas loin) dans leur spécialité et vivre comme le commun des mortels et en contact étroit et constant avec ledit commun des mortels, éloigné des Palais mais vraiment existant, je vous l’assure.

    Plus, bonus : hommes ou femmes habitués à ne pas mâcher leurs mots, et n’ayant pas un poil dans la main.

    Parmi ces super-vice-ministres, il lui en faudra un chargé de la communication envers le bas peuple, pétri d’Ethique et de respect pour le bas en question, incapable de mensonges ni de cachoteries, qui reviennent au même ; ennemi juré (et toléré) de la langue de bois, bref tel un nouveau Bayard, sans peur et sans reproches.

    Monsieur le super-ministre aux priorités, dans la liste d’icelles qu’il soumettra sans tarder au Premier Ministre (dont l’existence redeviendra connue et utile, renaissant, tel le Phénix, des cendres Fillonesques), aura certainement à cœur de mettre à un bon niveau la Justice (oui, avec majuscule) cette dame, si bousculée ces dernières années, profitant sans doute d’un serrage excessif de son bandeau sur les yeux.

    Oui, Monsieur le Président, j’ai attentivement lu les chapitres de votre programme concernant la justice déjà annoncés :

    -Lever le secret-défense sur les documents concernant l’affaire Karachi (ndlr : peut-être aussi sur quelques autres…)

    -Faire que les prisons soient conformes à nos principes de dignité

    -Faire en sorte que les peines prononcées soient toutes effectivement exécutées

    -Doubler le nombre de centres éducatifs fermés pour les mineurs condamnés par la justice

    -Renforcer la loi sur la protection des sources

    -Porter la durée d’inéligibilité des élus condamnés pour faits de corruption à dix ans

    -Supprimer la Cour de Justice de la République

    -Renforcer les moyens de lutter contre la fraude fiscale

    -Multiplier par cinq les sanctions pour les communes qui bafouent la loi de solidarité urbaine (SRU)

    -Abolir la loi Hadopi

    Je me permets d’en suggérer un de plus, peut-être celui de tête :

    -Remettre à plat tout ce qui a été fait (et pas mal de ce qui n’a pas été fait) non seulement par Madame Dati, qui porte un chapeau qui ne lui va qu’en tant qu’exécutante non conceptrice, mais remontant un peu plus loin, au sieur Perben, jusqu’au dernier prudent et peu efficace sieur Mercier.

    Sans vous attendre, non par incorrection, mais parce que la chose saigne et presse, des magistrats, des organisations des professions concernées se sont un peu collés à la réflexion sur la chose ; ensemble nonobstant certaines orientations différentes. Mais l’urgence et la gravité de la situation priment.

    Voici leur profession de foi :

    « Penser autrement la justice et la sécurité »

    « Tous les acteurs de la Justice en général, sont confrontés à des problématiques inhérentes à leur profession. Mais, tous ont en commun de devoir assumer des choix pour que le système judiciaire en son entier puisse continuer à fonctionner tant bien que mal pour les justiciables »

    « C’est ainsi que des associations et syndicats qui, de prime abord, peuvent paraître divisés par des objectifs différents, voire opposés, ont travaillé ensemble pour proposer une vision concrète et globale de la Justice à l’heure d’un débat sur l’évolution de la Justice. »

    « Mais, loin de toute considération corporatiste ou politique, ces syndicats et associations ont souhaité œuvrer ensemble pour, au vu de la situation actuelle, proposer des solutions visant à réaffirmer les fonctions régaliennes de l’Etat en matière de police et de Justice, à favoriser l’accès de tous à la Police et à la Justice, et à éviter que les professionnels ne soient plus soumis à des contraintes et choix inadaptés. »

    « Les mesures proposées n’ont pas nécessairement vocation à modifier complètement l’architecture de notre système judiciaire et policier. Mais, elles visent à améliorer, plus ou moins rapidement, et de façon très pragmatique l’un des piliers de toute démocratie : le système judiciaire. »

    Forts de ce défi, qu’ils se sont lancés eux-mêmes, ils ont pondu un document qu’il serait bon que tout un chacun, et plus que tous, ceux concernés au milieu politique comme aux milieux administratifs, lise, étudie, commente.

    Dès à présent, un grand bravo, Monsieur le vraisemblable nouveau Président pour votre élection. Je vous souhaite aussi beaucoup, beaucoup de courage ! Vous en avez certainement bien plus que d’aucuns ne l’ont dit et il vous en faudra sans compter. Oui, vous en aurez besoin…et nous aussi !

    Au besoin, les lambdas du bas sont là pour vous appuyer dans votre trajectoire, qui ne devrait pas, comme tant de fois dans le passé et pas seulement récent, s’envoler vers des lieux stratosphériques oubliant sur le dur sol terrien les manants ; majoritaires, il est vrai, mais mal pourvus en recours lorsque les règles du jeu sont jetées aux oubliettes.

    Et à toi, cher collègue citoyen lambda, si toi aussi tu veux y mettre ton grain de sel, va faire un tour ici ; comme disait l’autre,c’est du sérieux !

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :